Marque :  Leitz                       Modèle :  Leica III       Format 35 mm 24 x 36

 

Caractéristiques : Selon son N° de série, cet appareil date de 1934. Le modèle, lui, a été produit de 1933 à 1939. 

 

C'est le premier Leica à disposer de vitesses lentes (la molette en façade) et le dernier à suivre le mode de fabrication initial à base de tube embouti (Les versions d'après guerre seront en alu coulé). 

 

Ce mode de fabrication sans dos amovible a imposé un chargement par la semelle. 

 

Pour cela, il faut préparer une amorce spéciale avec une découpe nettement plus longue que la découpe standard. L'idée étant de ne pas déchirer les rideaux avec le coin du film. On glisse ensuite la cartouche 135 reliée par le film à la bobine réceptrice dans son logement. Le tout sans perdre la bobine amovible, la semelle ni son sang froid.

 

Le télémétre et le viseur ont chacun leur oculaire ce qui implique une petite gymnastique entre la mise au point et la visée.

L'obturateur est un Plan focal à rideaux textiles qui, sur ce modèle plafonne au 1/500ème.

 

Cela faisait déjà un bon moment que je taquinais mon épouse au sujet des mythiques "Leica à 10 balles" que j'étais censé rater car elle mettait trop de temps à se préparer le matin quand, un petit matin, j'ai croisé cet appareil au détour d'un petit vide-greniers. Il était vendu un peu plus que 10 balles mais je lui ai quand même dit : "Ha, tu vois ..."

 

Franchement, je ne suis pas "accro" aux marques mais il faut bien dire qu'on a l'impression de balader un morceau de l'histoire de la photo sur le nombril avec cet engin.

J'ai rapidement fait une 24 poses avant de l'envoyer à réviser : les vitesses lentes ne fonctionnaient pas et je n'étais pas sur des rapides. Le réparateur m'ayant annoncé que les rideaux étaient morts, je n'ai pas été surpris par les points blancs sur toutes mes photos. Voyez plutôt :

La vieille ville de Fribourg en Suisse sous la pluie

Toujours en Suisse, une vache un peu spéciale

Mon épouse sur le même vide-greniers que sur la photo prise par l'Olympus Mju

Une petite pellicule noir et blanc avec des rideaux neufs, un télémètre réglé et tout et tout. Ca va quand même pas mal comme engin :-)

D'abord, une statue au bord de la rade de Genève

Puis une ancienne ferme de mon village

Mon épouse, noyée dans une projection d'images entrecroisées dans un musée genevois

Dans le même musée, une petite pièce entièrement tapissée de négatif 6 x 6 rétro éclairés y compris sol et plafond. Sur ce coup là, je suis assez fier de ma mesure de lumière.

Une fête des métiers anciens à Crozet dans l'Ain.

Un triporteur Motobécane je crois

Le labour avec deux chevaux. Je pense que quand les chevaux faisaient ça tout l'automne il n'y avait pas besoin d'un guide supplémentaire

Vu comme ça, ça ressemble à un Deering mais je ne serais pas trop affirmatif quand même.

La faucheuse hippomobile avec la faneuse en arrière plan

Un tracteur Renault pas d'hier à coté d'un Cub des années 50.

Le Lanz qui entraînait la batteuse

La batteuse.

et un chantier de débardage près de l'étang de Cessy. Les deux chevaux du débardeurs étaient un peu légers à côté des grumes et il a fallu en faire venir deux de plus pour finir le chantier.

Les vannes de la Divonne

L'étang de Cessy

J'ai traîné ce boîtier sur mon lieu de travail. Bon, je faisais bien un peu de photo dans le cadre de mon boulot mais le Leica III pouvait difficilement passer pour le Nikon D300 que me fournissait la boite pour bosser. J'ai pas mal tourné autour des escaliers du nouveau bâtiment. Il y a sûrement mieux à faire mais c'est trop tard.

Deux version de l'éclairage du stand Piaget au SIHH 2016. C'est marrant, moi qui suis une quiche pour la mesure de lumière en général il m'arrive de me surprendre sur des sujets plutôt pointus.

Une petite pellicule couleur pour changer.

Sortie du club photo de Lons-Le-Saunier à Chalon sur Saône avec visite du musée Niepce. Visiblement ma pellicule n'aime pas la température de lumière des lampes du musée. Y'a aussi un truc avec la perspective : j'ai cadré raisonnablement horizontal (voir le bas du mur et le bord de la photo) mais tout est de travers. Sûrement les méfaits du 35 mm.

Toujours dans le musée, un escalier

Le marché.

La Saône. 

Une publicité de la maison Tiranty qui fut la première en France à croire au potentiel d'un appareil largement tourné en dérision sur le thème du célèbre "ça ne marchera jamais". Parution dans "L'Illustration" du 9 avril 1932. Le dessin représente un Leica II puisque le III devait se trouver sur les planches du bureau d'études à ce moment.