Marque : Minolta                                 Modèle : Autocord L        Format 6 x 6 sur rouleau 120

 

Caractéristiques : Pour le coup, voici mon plus vieux Minolta : le Mac le donne pour environ 1955. 

Ce n'est pas évident à première vue mais il est muni d'une cellule au sélénium. Pour la trouver, il suffit de soulever la plaquette "Minolta Autocord" qui se trouve au dessus de l'objectif de visée. 

Elle est encore active sur mon boîtier mais l'utilisation m'a l'air un peu exotique. Si j'ai bien compris, après avoir aligné la grosse molette à main gauche sur la valeur ISO on lit "l'Exposure Value" en face de l'aiguille et on "partage" cette valeur entre les réglages de diaphragme et de vitesse qui ne sont gradués qu'en EV : Si la cellule donne une EV de 12 vous pouvez choisir de mettre 5 en ouverture et 7 en vitesse. 

Comment ! Ca ne vous parle pas beaucoup ? A moi non plus mais une fenêtre astucieusement disposée au dessus de l'objectif de visée affiche les vraies valeurs soit : 5.6 au 1/100ème dans mon exemple.

L'objectif de prise de vue est un Chiyoko Rokkor de 75 mm de focale et ouvert à 1:3.5. L'objectif de visée, un View Rokkor de 75 mm également ouvre à 1: 3.2

C'est mon seul TLR ou le film se déroule du haut vers le bas.

Capuchon replié avec son beau protége objectifs pliable en alu moulé

 

En batterie

 

Acheté le samedi, chargé le dimanche rouleau développé le mercredi et photos tirées le dimanche. Huit jours pour le test c'est mon record.

Au niveau agrément d'utilisation il régate avec mon Yashica Mat 124 G avec une visée un poil meilleure et une cellule un poil moins facile à utiliser.

 

Une trémie abandonnée sur une ancienne carrière

Bouleaux en automne

 

Il est repassé dans le sac photo à la fin 2016. Y'a pas à dire, c'est sympa comme outil. Pas rapide rapide mais sympa.

Chalon sur Saône sous une brume tenace. J'ai essayé de renforcer le ciel au labo mais c'était moins bien que comme ça.

 

Au bord de la Saône.

Le rendez-vous mensuel des collectionneurs de voitures anciennes à Lons-Le-Saunier. Mon Autocord a beaucoup plu, moralité je n'ai pas fait autant de photos que j'aurais voulu. On cause, on cause ... 

C'est plus facile de faire des photos par un temps glacial : Il y a moins de monde dans le champ.

Une Peugeot 301

L'inimitable Traction Avant

Un peu plus loin, les animations de Noël.

Un cheval loufoque que je ne m'attendais pas à voir sortir aussi bien.

Je l'ai ressorti pour la "sortie TLR" du club photo de Lons-le-saunier l'APAJ (Association des Photographes Amateurs du Jura) puis j'ai fini mon rouleau à Chalon sur Saône.

 

 

 

 

Deux photos prises pendant l'exposition de l'APAJ au Carcom au centre le Lons. Cette Norton est venu me faire de l'œil pendant que j'assurais la permanence. J'ai sorti l'Autocord de sa vitrine et j'y ai glissé un rouleau.

J'ai eu bien des malheurs avec les trois rouleaux pris lors du mariage de mon fils aîné. Faut dire que je m'étais fait poser une prothèse d'épaule 5 jours avant et que si j'avais pris un TLR c'est surtout parce que je ne pouvais pas lever un reflex mono objectif jusqu'à mon oeil. Je ne pouvais pas non plus trimballer trop de matos dans mes poches alors j'ai fait avec la cellule de l'appareil qui n'est pas monstrueusement facile d'emploi.

Entre les erreurs d'expositions, les mises au point douteuses, les cadrages perfectibles et un sac de nœuds lors d'un changement de rouleau la séance de tirage a été déprimante à souhait.

Bien entendu, c'est sur le rouleau le plus exploitable que je me retrouve avec des bandes verticales que j'attribuerais volontiers à un défaut du film.

Là, j'ai froidement utilisé le travail de mise en place de la photographe pro qui couvrait le mariage. Je n'ai pas poussé le vice jusqu'à taper l'incruste dans l'axe choisi par elle.

La mariée était trop rapide pour mon 50 ASA auquel le contre jour n'a pas non plus fait de cadeau

Là, j'ai fait un truc que je fais rarement (surtout avec un 6 x 6) : J'ai mitraillé

Mes deux fils, leurs deux cousins et la mariée. Il n'y a personne en dessous d'un mètre quatre vingt sur la photo.

Ca doit faire un siècle où deux qu'il n'y a pas eu autant de madames Carlhan.

Le parrain de la mariée

   

L'appareil figure dans le livre

à la page 181