Marque :  Olympus                           Modèle :  IS-1000            Format 35 mm 24 x 36

Caractéristiques : Certes, il est en polycarbonate ce qui l'éloigne pas mal des télémétriques années cinquante qui ont normalement ma préférence mais son look franchement spécial m'a plu. C'est un hybride entre un compact et un reflex. Du reflex il a la visée du même nom, du compact il reprend le zoom inamovible et le fonctionnement simplifié. Pour l'encombrement il est entre les deux mondes.

Sur ce coup là, Olympus a tenté de bouleverser les standards, que ce soit au niveau de la forme ou des fonctionnalités. Vu le peu d'IS-1000 en circulation il semble que ça n'ait pas bien marché. Vraisemblablement trop cher pour des utilisateurs occasionnels son aspect "compact en plastique" a sûrement rebuté les amateurs éclairés prêts à mettre un montant élevé dans un appareil. Sur la notice pourtant il ne semble pas manquer d'arguments.

Résumons : Nouvelle ergonomie. Forme compacte bien en main et peu encombrante en bandoulière. Zoom 35-105 motorisé avec  un AF rapide et une étrange fonction "Méo zoom" permettant de choisir un facteur de zoom et d'y revenir ensuite en un clic. Un flash incorporé à double tube, un pour l'éclairage subtil et un plus puissant donnant un nombre guide de 20. Un autofocus  à détection de phase. Une exposition automatique programmée (avec possibilités d'utiliser les modes classiques) utilisant la "logique floue" très en vogue au début des années 90. Chargement, avance et rembobinage du film entièrement automatiques. Grand écran à cristaux liquides au dos (qui le fait un peu ressembler à un APN) et reprise des informations importantes dans le viseur.

Du coup, le mode d'emploi frôle les 80 pages et j'ai bien peur d'être obligé de le lire pour ne pas rater de fonctions.

Il porte un sticker "European zoom 91-92 camera"

Allez hop, testé. Dans le genre pas compliqué et efficace, c'est pas mal. 

Quelques photos dans mon jardin. Je ne suis pas le jardinier du siècle mais mon jardin n'a pas besoin de ça pour avoir bonne mine.

François dans ses oeuvres pendant l'exposition du club photo

Pour une fois que je sortais à la bonne sortie d'autoroute j'ai fait le détour pour photographier de plus près les bureaux de l'APRR. Oui, je sais, c'est bizarre comme architecture mais j'adore ce gag.

Pique nique de fin de saison du club photo.

L'église Sainte-Agnès

Cheminées de Lons-le-Saunier

J'ai encore eu besoin d'un boîtier en mode panique. Comme l'IS 1000 avait encore sa pile c'est lui qui s'y est collé.

L'église de Frontenay dans le Jura. Juste en-dessous du château du même nom. Un des rares jours brouillasseux de l'été 2018 donnait une ambiance très spéciale à ce joli coin.

Le cimetière casé dans les rares coins disponibles autour de l'église donnerait presque envie d'y être enterré

Le château d'eau de Briod dans le Jura

Le château de Pierre-de-Bresse

Le barrage de Vouglans sur la rivière d'Ain. 

Zoom sur l'évacuateur de crues superficiel. Les 4 ouvertures laissent passer l'eau qui, sans toucher le barrage, va perdre son énergie dans le bac bétonné au pied du barrage. Le bac fait 30 m de profondeur.

Lors de la réunion du club photo du vendredi soir on a annoncé le thème pour les deux mois à venir : "Légèreté". Samedi matin, je croise ça ...