Marque : Canon                        Modèle : EOS 650        Format 35 mm 24 x 36

Caractéristiques : En 1987, pour cet appareil, Canon a "fait du passé table rase" et envoyé promener les anciennes montures FD trop petites pour y adjoindre les contacts nécessaires au fonctionnement de l'autofocus. Du coup, la désignation des appareils change totalement avec un nouveau préfixe dont les trois lettres sont toujours utilisées : EOS.

C'est donc le premier canon à monture EF et "presque le premier" reflex autofocus Canon (après le désastreux T80). C'est aussi le premier appareil muni d'objectifs à moteur USM (ultra sonique). Le mien est un zoom 28-70 ouvert à 1/3.5-1/4.5

L'obturateur à rideaux métalliques va du 1/2000ème à 30 secondes avec une pose B.

Le Canon EOS 650 est crédité de la première photo mise en ligne sur le World Wide Web alors débutant au sein du CERN (de nos jours, l'acronyme est pudiquement devenu "Laboratoire Européen de Physique des Particules" mais au temps de l'atome triomphant il se prononçait "Centre Européen de Recherche Nucléaire" ce qui est plus en adéquation avec l'acronyme mais moins "vendeur".

Son gros défaut est de bouffer une pile 2CR5 introuvable et hors de prix.

Bon ben le test ça a pas été Bysance. L'autofocus qui est censé être meilleur que celui du T80 m'a bien l'air d'être aussi indigent et s'il n'y a pas un sujet bien contrasté "pleine pastille" il ne veut rien savoir et c'est encore pire en cadrage vertical. L'intérêt de l'autofocus diminue beaucoup quand il faut le désactiver une fois sur deux pour faire la mise au point à la main.

Pour les premières images, c'est la fin du rouleau trouvé dans l'appareil. Vu les couleurs il devait être bien périmé.

Sûrement la tombe de l'inconnu le plus célèbre de France après celui de l'Arc de Triomphe. Et en plus, celui là, tout le monde connaît son nom : François Nicot, transformé par le parolier des "Trois cloches" en "Jean-François Nicot". La chanson a été écrite à la suite d'une visite impromptue à Baume les messieurs (comment peux t'on arriver par hasard à Baume les Messieurs ? Avec une carte j'ai tourné comme un vautour dans toute la région avent de penser à mon smartphone. Merci le GPS)

Le fond de la reculée de Baume les messieurs depuis un belvédère. Ca n'a l'air de rien mais la petite montée depuis la route en bas est assez tassée. Surtout pour quelqu'un qui n'a plus randonné depuis une demi douzaine d'années pour cause de hanche en vrac.

L'entrée de la reculée de baume vue depuis Château Chalon. Très beau village également.

Deuxième pellicule. L'appareil n'est pas beaucoup plus performant mais, au moins, les couleurs ressemblent à quelque chose.

Il y avait des mandarines au marché de Louhans. Certes, c'est banal mais celles-ci n'étaient pas sur un étal mais dans un arbre.

La Seille à Louhans

Un tag à Lons-le-Saunier. Celui-là n'a pas été réalisé "à la sauvette"

En sortant de Bourg en Bresse chaque révérbère était surmonté d'une cigogne. Malgré la nuit tombante et l'autofocus hésitant j'ai fait quelques photos.

Un petit verre de blanc.

Sortie photo du club de Lons-le-Saunier dans la forêt de Chaux. Pas totalement tranquilles quand même avec un troupeau de chasseurs pas loin. Vestes jaunes et discussions à voix hautes de rigueur :-)

On trouve de drôles d'animaux dans ces bois.